L’année 2020 a été décisive pour le secteur du numérique au Togo. La pandémie de la covid-19 a poussé les dirigeants à avoir recours à lui pour apporter des réponses sociales rapides et assurer la progression des prestations de l’administration publique.

Eliminer la pauvreté, augmenter les possibilités d’épanouissement des citoyens, bâtir une nation forte et émergente, toucher du doigt le développement durable, tels sont les immenses chantiers sur lesquels le Togo s’est résolument engagé. Avec des moyens à la fois variés, colossaux et adaptés, le pays est en train de relever le plus grand défi de son histoire : offrir à tous, peu importe le milieu social, un minimum vital commun. L’installation des plateformes multifonctionnelles en dit long sur cette volonté ardente d’assurer un accès universel des communautés aux services socio-collectifs.

Peut-il y avoir de développement national résilient sans la garantie d’un minimum vital commun ? La réponse est négative. Il ne peut y avoir de développement national résilient sans la garantie d’un minimum vital commun. Défini comme un ensemble de besoins de base légitimes de la population, il couvre divers domaines tels que l’alimentation et la nutrition, la santé, l’éducation, l’accès à l’eau potable et à l’hygiène, les énergies et les services financiers, le désenclavement des localités… Fort de ce constant, les autorités togolaises se sont données pour mission d’assurer « durablement un accès universel des communautés aux services sociaux de base ». Pour ce faire, l’installation des plateformes multifonctionnelles sur le territoire les aide à y parvenir.