Vente en détail de cigarettes en Afrique : L’ANCE-Togo plaide pour l’application de la Convention-Cadre de l’OMS pour la lutte antitabac

mercredi 18 avril 2018 1222

L’ONG, l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo), a présenté ce mercredi 18 Avril, à son siège à Lomé, devant la presse, les résultats de l’enquête sur la vente en détail de cigarettes au Togo et en Afrique. La présentation des résultats des enquêtes par l’ONG vise à attirer l’attention des gouvernements sur la réalité de la vente en détail de cigarettes sur le terrain et les conséquences sur la santé de la population. En outre, les enquêtes ont permis à l’ANCE-Togo, tout comme d’autres OSC, de faire des recommandations aux gouvernements pour prendre des mesures adéquates par rapport à cette vente en Afrique, notamment la mise en application de la Convention-Cadre de l’OMS pour la lutte antitabac.

Avec l’appui de Compaign for Tobacco-Free Kids (CTFK), l’Alliance pour le contrôle du tabac en Afrique (ATCA), s’est associée à des Organisations de la Société Civile à l’instar de l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo) dans 10 pays (Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Côte d’ivoire, Ghana, Kenya, Niger, Nigéria, Togo et Ouganda) pour enquêter sur la vente en détail de cigarettes.

Pour mener ces enquêtes dans ces dix (10) capitales africaines, des données ont été collectées sur les lieux de rassemblement des jeunes tels que les centres commerciaux, les cinémas et les magasins de jeux.

De ces enquêtes, il ressort que dans chaque capitale, des bâtons de cigarettes pourraient être facilement achetés et que 100% des points de vente enquêtés vendent la cigarette en détail. Malheureusement, la loi interdit la vente en détail, mais cette interdiction n’est pas applicable.

En outre, plusieurs marques de multinationales sont vendues en détails et que le bâton de cigarette est vendu moins cher à 15 et 25 FCFA; la promotion de la vente en détail se fait à travers l’exposition sur et derrière le comptoir, l’exposition des paquets ouverts de cigarettes ensemble avec les produits non tabagiques…

Paradoxalement, les cigarettes sont vendues en détail même dans les pays où la loi  l’interdit. Il s’agit du Burkina Faso, du Ghana, du Kenya, du Niger, du Nigéria, du Togo et de l’Ouganda.

Plus grave, les résultats des enquêtes ont révélé que la cigarette est vendue en détail près des lieux fréquentés par les enfants où les jeunes se rassemblent, tels que la plage, les écoles, les bars, les centres de loisirs…

Par conséquent, a souligné les résultats, lorsque les cigarettes sont vendues en détail, elles deviennent relativement moins chères que lorsqu’elles sont vendues en emballage complet. Du coup, le produit est « plus abordables pour les jeunes et les autres personnes ayant des ressources limitées ».

Comme conséquences encore, l’enquête a révélé que la vente en détail permet aux jeunes d’expérimenter le produit et de devenir des utilisateurs réguliers. En plus, cette vente mine les politiques antitabac efficaces existantes en limitant l’exposition d’une personne aux étiquettes d’avertissement sanitaires et en réduisant l’impact de l’augmentation des taxes sur les produits du tabac.

« La vente en détail constitue une forme de commerce illicite dans les pays où ces ventes sont interdites », ont précisé les résultats.

Selon Clément Kokou Odji, Coordonnateur du projet de lutte contre le tabagisme à l’ANCE-Togo, quelque soit le pays dans lequel l’enquête a été réalisée, « le constat est amer ».

Pour lui, dans les 10 pays enquêtés, ils ont remarqué qu’il y a la vente en détail de cigarettes. « Au Togo aussi c’est le cas. La cigarette est vendue en détail, ce qui va à l’encontre de la loi, parce que le Togo a une loi antitabac qui interdit la vente en détail », a rappelé M. Odji.

Face à la gravité des résultats des enquêtes, et pour pallier au problème de la vente en détail de cigarettes en Afrique, les ONGs plaident pour l’application de la Convention-Cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT), premier et unique traité de santé publique au monde, ratifié par 180 pays dans le monde, et qui identifie des mesures fondées sur des preuves pour contrôler la vente de cigarettes en détail.

Ainsi, l’ANCE-Togo recommande aux gouvernants de « s’assurer que la vente de cigarettes en détail ou par petits paquets est interdite en adoptant et en appliquant des lois appropriées (article 16 de la CCLAT) », d’ « interdire toutes les formes de publicité, de promotion et de parrainage en faveur des produits du tabac, y compris tout matériel publicitaire ou promotionnel relatif à la vente du tabac (article 13 de la CCLAT) », et d’ « envisager l’octroi de licences aux détaillants pour pouvoir contrôler la vente de cigarettes en détail (article 15 de la CCLAT) ».

Marie Reine


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_newslinen/html/com_k2/templates/default/item.php on line 314