Les droits de l'homme ou droits humains ou encore droits de la personne sont des droits que tout être humain possède et qui sont inaliénables. Ils sont opposables en toutes circonstances à la société et au pouvoir. Ces prérogatives dont sont titulaires les individus sont reconnues et promues au Togo par la loi, les mesures sociales de protection, les normes de valeur constitutionnelle et les conventions internationales.

On ne peut promouvoir le droit de tous à une éducation de qualité sans offrir au système scolaire lui-même, un personnel en nombre suffisant. Selon l’Unesco, 1 180 321 enfants étaient en âge d’aller à l’école primaire en 2015. Jadis, le pays n’avait que 33 900 enseignants du primaire, dont 32,6% seulement d’entre eux avaient les qualifications requises et le ratio était de 41 élèves pour un enseignant. Convaincus qu’ils peuvent mieux faire, le chef de l’Etat Faure Gnassingbé et ses collaborateurs ont déclenché une batterie de réformes parmi lesquelles fait partie la politique nationale relative aux enseignants.

Comme une arête dans la gorge, la situation socio-politique togolaise, outre la CEDEAO, préoccupe toujours des partenaires diplomatique, technique et financier du Togo. Au cours de la 19ème Session du Dialogue politique Togo-Union européenne tenu le mardi 20 novembre 2018 à Lomé, en présence des autorités togolaises, de la Cheffe de la Délégation de l’UE au Togo, des ambassadeurs, la situation socio-politique du Togo était de nouveau au cœur des discussions.