Par AYITOU Michel, Jurisconsulte

Dans un nouveau rapport publié le jeudi 7 octobre 2021, Amnesty International révèle que le tristement célèbre groupe de hackers Donot Team a utilisé de fausses applications Android et des courriels infectés par des logiciels espions pour cibler un défenseur togolais des droits humains bien connu, dans le but de le placer illégalement sous surveillance. En intégralité, le communiqué relatif au rapport,…

L’an 1987, précisément le 26 juin est entrée en vigueur, la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Un instrument clé dans la lutte contre la torture, à ce jour, cette Convention est ratifiée par 170 pays dont le Togo. Tout en saluant les efforts du gouvernement pour la promotion et la protection des droits de l’homme, l’ACAT dans sa note de proposition, a néanmoins tenu à exprimer un certain nombre de préoccupations sur les cas de torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Par ailleurs, l’Organisation de la Société civile a fait des recommandations à l’Etat pour faire mieux en matière de promotion et protection des droits de l’homme. En intégralité, la note de position de l’ACAT Togo sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants,…

En matière de la promotion et de la protection des droits de l’homme, le Togo ne lésine pas sur les moyens. Ainsi, depuis quelques années, le gouvernement, assisté par les organismes internationaux de droits de l’homme, a pris des mesures idoines pour une meilleure protection des droits de l’homme avec la ratification des traités internationaux.

« La reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde », Préambule de la DUDH.

Les forces de sécurité et de l’ordre ont un rôle important à jouer en matière de la promotion et de la protection des droits de l’homme. Un seul dérapage ou un peu de zèle de l’exercice de leur fonction, ces dernières vont violer allègrement les droits de l’homme. Conscient de cette réalité et soucieux de protéger les droits des citoyens, l’Etat togolais a formé les forces de l’ordre et de sécurité sur les questions relatives aux droits des êtres humains.

Page 1 sur 2