Par l’arrêt N° ECW/CCJ/JUD/11/22 du 24 mars 2022 de la Cour de justice de la Communauté de la CEDEAO, a condamné l’Etat togolais selon les responsables de la DMK, dans l’affaire qui l’oppose à Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, relative à l’élection présidentielle du 22 février 2020. Une affaire liée à la revendication « de la victoire du peuple togolais » en faveur du candidat de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK), M. Kodjo. Face à la presse le mercredi 06 avril 2022 à Lomé, les responsables de ce regroupement des partis politiques ont expliqué les raisons et les conséquences qui doivent découler de cette décision de la Cour de justice de la CEDEAO en faveur de leur candidat.

Le Mécanisme Incitatif de Financement Agricole (MIFA) S.A compte un nouvel actionnaire dans ses rangs. Il s’agit de la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) a qui l’Etat togolais a cédé une partie de ses parts dans le capital de la MIFA. Ainsi avec cette cession des parts de l’Etat, la PIA devient le gestionnaire principal de la PIA, dont le rôle est de garantir le financement des acteurs du secteur agricole togolais. Une manière pour l’Etat d’accroitre le financement des producteurs afin de booster la transformation des produits agricoles.

Une des formes d’escroquerie les plus connues est le schéma pyramidal, aussi appelé « Pyramide de Ponzi ». Il s’agit d’un montage financier frauduleux, qui a emprunté son nom à Charles Ponzi, grand escroc d’origine italienne qui a émigré aux Etats-Unis au début des années 1900. Ponzi est devenu tristement célèbre en mettant en place à grande échelle, ce type d’arnaque dans les années 1920 à Boston (USA), faisant des milliers de victimes. Plus tard, en 2008, ce même schéma d’escroquerie financière a encore défrayé la chronique avec l’affaire du fonds d’investissement Bernard Madoff, qui a fait perdre près de 65 milliards de dollars à ses investisseurs, méritant ainsi son qualificatif « d’escroquerie du siècle ». Parmi les nombreuses victimes dans le monde entier figuraient des petits investisseurs, des gros fonds spéculatifs américains (« hedge funds »), ainsi que de nombreux grands noms de la finance internationale tels que HSBC (Royaume Uni), Santander (Espagne), BNP Paribas et Natixis (France).

Depuis le début de week-end dernier, une vieille affaire datant de 2010 refait surface entre la justice française et le géant financier français Bolloré qui est accusé de corruption au Togo et en Guinée. Une vieille affaire qui s’apparente à un règlement de comptes entre français, selon plusieurs observateurs.

L’Etat togolais et Dagote Industries Limited du milliardaire nigérian, Aliko Dangote sont désormais liés par deux accords de partenariats. La cérémonie de signature de ces deux accords de partenariat, dans le secteur minier, s’est déroulée le jeudi 07 novembre 2019 à Lomé, sous la présidence du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.