Togo : Les députés formés sur les mécanismes d’évaluation de l’EPU

samedi 27 novembre 2021 397

Le Togo va présenter les avancées enregistrées en matière de protection des droits de l’homme pour le compte du troisième cycle de l’Examen périodique universel (EPU) lors de la 40ème Session du Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies, prévue du 24 janvier au 04 février 2021, à Genève. C’est dans de sens que la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), en partenariat avec les ONG UPR INFO et CACIT, a organisé le 26 novembre 2021, au siège de l’Assemblée nationale à Lomé, une session d’information à l’intention des députés sur les mécanismes d’évaluation de l’EPU.

A la 40ème session du Conseil des droits de l’homme des nations unies, en début d’année 2022, les progrès réalisés par le Togo dans le domaine de protection des droits humains vont être présentés. Pour ce faire, principaux artisans du contrôle de la mise en œuvre des recommandations issues des sessions de l’EPU, les parlementaires se mettent au pas.

Il s’était agi au cours de ce séminaire de renforcer les capacités de la représentation nationale sur les mécanismes de l’EPU. C’est un exercice qui a pour objectif de permettre aux députés de mieux maitriser les mécanismes de fonctionnement et les étapes clés du processus de l’EPU et les bonnes pratiques pour assumer à bon escient leur rôle régalien : celui du contrôle de la mise en place effective des cadres juridiques ou autorisation de ratification, l’étude des rapports et les auditions. Il a été également question de l’interaction du parlement avec les institutions de la République notamment la CNDH.

« L’EPU, même s’il est un mécanisme des Nations Unies, il est aussi et surtout un processus national au sein duquel toutes les parties prenantes dont le parlement, doivent participer », a précisé Yaovi SRONVIE, Président par intérim de la CNDH

Le Vice-président de la commission permanente des Droits de l’Homme, l’honorable Kossi HOUNAKEY, a réitéré la disponibilité de la Représentation nationale à accompagner l’exécutif dans ses efforts de protection des droits de l’homme.

« L’Assemblée nationale quant à elle, jouera toujours sa partition aux côtés du gouvernement togolais, sous la houlette de Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, pour la protection et la promotion des Droits de l’Homme dans notre pays. C’est dans ce cadre qu’elle a voté la loi relative à la protection des données à caractère personnel et n’a jamais hésité à autoriser la ratification des conventions et autres traités relatifs à la protection et à la promotion des Droits de l’Homme », a-t-il déclaré.

Pour rappel, l’EPU, établi par la résolution 60/251 du 15 mars 2006 de l’Assemblée générale des Nations Unies, est un processus qui consiste à passer en revue les réalisations de l’ensemble des Etats membres de l’ONU dans le domaine des droits de l’homme. Il s’agit d’un processus mené par les Etats, sous les auspices du Conseil des droits de l’homme et à chaque Etat l’opportunité de présenter les mesures qu’il a prises pour améliorer la situation des droits de l’homme sur son territoire et remplir ses obligations en la matière. L’objectif ultime de l’EPU est d’améliorer la situation des droits de l’homme dans tous les pays et de traiter des violations des droits de l’homme, où qu’elles se produisent.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_newslinen/html/com_k2/templates/default/item.php on line 314