Prévue sur le samedi 25 juin 2022 à Bè-Kodjindji à Lomé, la manifestation de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) n’aura finalement pas lieu. Elle est interdite par le Ministre de la Sécurité et de la protection civile, Général de Brigade Damehame YARK pour raison de sécurité.

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) est préoccupée par l’actualité socio-politique du Togo et les préoccupations quotidiennes des Togolais notamment le phénomène de la vie chère et autres. S’agissant justement de l’actualité politique, face à la presse le vendredi 03 juin 2022, la Dynamique s’est prononcée sur la Charte des partis politiques adoptée par l’Assemblée nationale, il y a de cela, quelques semaines. Dans la foulée, elle a annoncée une manifestation pour le 25 juin prochain à Bè-Kodjindji.

La dynamique Kpodzro qui soutient Messan Agbéyomé Kodjo, le candidat malheureux à l’élection présidentielle du 22 février 2020, a prévu une manifestation publique ce vendredi 28 février. Cette manifestation jugée « illégale » par le gouvernement a été dispersée à coup de gaz lacrymogènes au lieu de rassemblement, à Lomé.

La manifestation publique prévue pour le vendredi 28 février 2020 par la dynamique Kpodzro qui soutient Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo pour réclamer « la victoire » du candidat à l’élection présidentielle du 22 février dernier, n’aura pas lieu. Elle est interdite par le gouvernement pour son illégalité.

La marche pacifique silencieuse du Mouvement des Forces Vives « Espérance pour le Togo » prévue pour le samedi 1er juin 2019, à travers certaines artères de la Ville de Lomé, n’aura pas lieu. Le Contre-amiral Fogan K. Adégnon, Maire de la Ville de Lomé, par courrier en date du 29 mai 2019, a interdit la manifestation pour une simple raison.

La manifestation organisée par le Parti national panafricain (PNP) à Lomé et à l’intérieur du pays a connu de fortunes diverses. Si dans certaines localités les manifestants ont été dispersés à coup de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre et de sécurité, et d’autres arrêtés ou encore blessés, dans d’autres localités, il y a eu mort d’homme. C’est le cas de Bafilo dans la région centrale où un militant du PNP a trouvé la mort au cours de la manifestation.

Page 1 sur 2