Jadis épargné des actes de vols, violences et autres formes d’insécurité du fait des mesures sécuritaires avec des patrouilles des Forces de l’ordre et de sécurité permanemment, Tokoin Elavagnon connu plus sous le nom quartier Lycée de Tokoin dans la commune Golfe 3 est devenu depuis quelques années, un quartier « hors la loi » où les bandits donnent de l’insomnie aux habitants : vols répétitifs, actes de violences, voie de faite, bref l’insécurité sous toutes ces formes.

Dans plusieurs messages publiés sur son compte twitter ce mardi 08 février 2022, Dr Gilbert Tsolényanu, SG du SYNPHOT a brisé le silence sur un mal qui ronge le système de la santé au Togo. Il s’agit du harcèlement, du viol et de la violence. « Des étudiantes en médecine, élèves infirmières, sages-femmes et femmes agents de santé se plaignent de harcèlement et de violence », a écrit Dr Gilbert Tsolényanu, SG du SYNPHOT sur son compte twitter.

Des milliers de Togolais s’interrogent encore sur comment seront les 25, 26 et 28 Avril prochain. Ils sont très inquiets. Ils ne veulent plus de manifestations dans les rues du pays. Les dernières manifestations ont porté un coup dur à leurs affaires, à leur quotidien. La décision du Ministre de l’Administration territoriale confirmant  le 23 avril 2018, l’obligation faite à la Coalition des 14 d’utiliser les nouveaux itinéraires lors des futures manifestations dans les rues du pays est applaudie : « à la décision conformément  aux articles 12, 13 et 14 de la loi n°2011-010 du 16 mai 2011, définissant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestations pacifiques publiques, que seuls, les  nouveaux itinéraires contenus dans ma lettre ci-dessus citée doivent être utilisés pour les marches  pour les marches des 25, 26 et 28 avril 2018». Le Gouvernement Togolais  a écouté les cris de cœur des populations togolaises. La lettre de confirmation du Ministre de tutelle l’exprime d’ailleurs très clairement : « …donner suite aux plaintes des riverains des voies empruntées, et d’éviter ainsi les troubles graves à l’ordre public, lors des prochains passages des convois de vos manifestants».

Le terrain des Anges de Notsé et d’Abou Ossé d’Anié ont renoué avec les violences. Hier dimanche, la délégation d’Asko de Kara a été violement attaquée par les supporters des Anges de Notsé, à la fin du match opposant les deux équipes. Situation pareille à Anié, où joueurs, supporters d’Espoir de Tsévié et les officiels du match, ont été agressés sauvagement par les supporters de l’équipe locale.