Les traites avalisées refont surface à la SUNU Bank Togo. Selon les informations, un dossier de la traite avalisée portant sur plus d’un milliard de FCFA secoue actuellement la SUNU Bank Togo et met en danger les fonds des déposants et l’emploi du personnel. Le comble, depuis plusieurs mois, après l’opération, selon plusieurs sources, le client qui est le Groupe DEC SA n’arrive pas à honorer son engagement de remboursement. Du coup, pour cacher le soleil par tenter de cacher le soleil par leurs doigts, les responsables de la Banque ont transformé en crédit, la traite de plus d’un milliard de FCFA sans garantie, selon plusieurs sources.

L’affaire de traite avalisée de plus d’un milliard de FCFA transformée depuis peu en crédit sans garantie qui secoue actuellement SUNU Bank Togo réserve encore beaucoup de révélations troublantes et des confidences. Même si les responsables de cette Institution bancaire font semblant de cacher le soleil avec leurs doigts, les faits sont là et réels avec des preuves accablantes. Dans cet article, nous allons revenir sur un aspect grave et curieux de cette opération. Selon les informations, « le bénéficiaire final de la traite avalisée est en contentieux actuellement avec la Banque, puisqu’il a fait perdre dans une affaire similaire, plus de six (06) milliards de FCFA à la Banque, à l’époque de la BPEC ».

Le mardi 4 janvier 2022, nous avions publié un article intitulé « alerte : SUNU Bank Togo secouée par une affaire de traite avalisée de plus d’un milliard de FCFA ». Selon les informations à notre possession, un dossier de la traite avalisée portant sur plus d’un milliard de FCFA d’un client non résident, secoue actuellement la SUNU Bank Togo et met en danger les fonds des déposants et l’emploi du personnel. Le comble, depuis plusieurs mois, après l’opération, selon plusieurs sources, le client n’arrive pas à honorer son engagement de remboursement. Paradoxalement, aux dernières nouvelles, depuis le mois de décembre dernier, d’après plusieurs sources, « SUNU Bank Togo a transformé la traite avalisée de son client qui n’arrive toujours pas à payer, en crédit pour l’échelonner sur six (6) mois (janvier- juin 2022 : ndlr), sans garantie ».