Les agriculteurs doivent contourner des contraintes dont celles des sols dans les différentes filières afin d’obtenir des rendements. La conception d’une carte de fertilité des sols s’est avérée nécessaire pour les aider au mieux à gérer la situation et augmenter les productions.

Les chiffres émanent de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao). Ils ne concernent que le maïs, le mil et le sorgho mais illustrent à suffisance la bonne santé de l’agriculture du pays. Le Togo est passé d’une production céréalière de près de 1,19 million de tonnes en 2018 à plus de 1,26 million de tonnes en 2020, ce qui révèle une augmentation de 6,5% de la production nationale.

Le maïs est la céréale la plus consommée au Togo. Les près de deux tiers de Togolais actifs dans le secteur agricole lui réservent une part considérable de la production. Bien que louables, les efforts des agriculteurs seraient vains sans la participation active du gouvernement. Ce dernier a mis en place un plan pour transformer complètement la filière à l’horizon 2030.

Environ 1000 producteurs de la préfecture de Vo, sont dans la bonne grâce des cadres. Le samedi 20 mars 2021, les cadres ont fait de plusieurs tonnes de semences certifiées de maïs et de riz.

Dans l’agriculture Togolaise, la filière du maïs occupe une place de choix. Cette céréale demeure la plus cultivée depuis 2018 et reste un produit d’une grande importance dans l’alimentation d’un bon nombre de Togolais. Plusieurs projets e programmes initiés par le gouvernement ont contribué à cette croissance et à faire du maïs le principal produit vivrier du pays.

La Direction des statistiques agricoles, de l’informatique et de la documentation (DSID), un département du ministère de l’Agriculture, de la production animale et halieutique, a rendu publique, la dernière évolution des prix du maïs dans toutes les régions.