Les agriculteurs doivent contourner des contraintes dont celles des sols dans les différentes filières afin d’obtenir des rendements. La conception d’une carte de fertilité des sols s’est avérée nécessaire pour les aider au mieux à gérer la situation et augmenter les productions.

Les chiffres émanent de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao). Ils ne concernent que le maïs, le mil et le sorgho mais illustrent à suffisance la bonne santé de l’agriculture du pays. Le Togo est passé d’une production céréalière de près de 1,19 million de tonnes en 2018 à plus de 1,26 million de tonnes en 2020, ce qui révèle une augmentation de 6,5% de la production nationale.

De nos jours, dans l’agriculture, la filière gingembre est prisée au Togo et le gouvernement encourage et apporte son appui à ceux et celles qui s’adonnent à cette activité. Pour preuve, selon les informations, une usine de transformation du gingembre et de poivre sera bientôt implantée dans la préfecture de Wawa, dans la région des Plateaux. Pour réussir la culture du gingembre, l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA) recommande aux agriculteurs, des sols alluvionnaires, limoneux, sablo-limoneux ou sablo-argileux qui conviennent très bien à cette plante. Par contre, il est déconseillé de le cultiver sur des sols trop humides (sols inondables), caillouteux ou aussi argileux (sols lourds), selon l’ITRA.

Le gouvernement ne ménage aucun effort pour donner un nouveau souffle à la production animale au Togo. Pour booster la promotion de l’élevage au pays, le gouvernement mise sur la culture des fourragères et sa disponibilité afin d’améliorer l’alimentation des ruminants. Selon les experts du domaine, c’est l'une des conditions pour augmenter la production animale et les quantités de produits d’origine animale notamment la viande et le lait surtout.

Les agriculteurs togolais producteurs d’ignames peuvent se procurer dans le cadre de la campagne agricole 2021-2022, des semenceaux de variétés améliorées d'ignames mis à leur disposition par l’Institut togolais de recherche agronomique (ITRA). Le stock est estimé à environ 6000.

La promotion et la consommation des produits localement transformés demeurent une préoccupation majeure pour le gouvernement togolais, à travers le Ministère en charge de l’Agriculture, de la production animale et halieutique qui a initié « les présentoirs vitrés : top produits du terroir ». Et pour y parvenir, il faut des produits de bonne qualité et certifiés qui répondent aux normes d’hygiène et autres. Le vendredi 03 Juillet 2020, une délégation de la coordination du projet s’est rendue à l’Institut togolais de recherche agronomique (ITRA), histoire d’avoir des informations sur les conditions de certification des produits agro-alimentaires.

Page 1 sur 2