Warning: Creating default object from empty value in /htdocs/components/com_k2/views/itemlist/view.html.php on line 743

Lomé, la capitale togolaise, abrite depuis ce jeudi 19 janvier 2023, la Conférence parlementaire de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de l'extrémisme violent et l'engagement des jeunes en Afrique. Organisée conjointement par le Bureau des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNOCT) et l’Assemblée nationale du Togo en collaboration avec l’Union parlementaire africaine, le Comité interparlementaire du G5 Sahel, et le Conseil de la Choura de l’État du Qatar, cette Conférence de haut niveau qui va durer deux (02) jours, rassemble en dehors des parlementaires, les jeunes et Organisations de la société civile pour trouver une réponse collective au terrorisme et à l’extrémisme violent en Afrique.

Le continent africain est confronté à plusieurs défis auxquels il s’évertue quotidiennement pour trouver des solutions idoines avec l’appui des partenaires. Au rang de ces défis, on pourrait évoquer entre autres, la modernisation de son économie, le développement de ses infrastructures sociales, éducatives et culturelles, le financement et la potentialisation de son secteur privé, l’intensification de ses échanges avec les autres nations du monde, la création d’emploi pour sa jeune, la promotion et l’autonomisation de la femme.

Malgré ces défis auxquels s’ajoute la conjoncture internationale difficile, les taux de croissance affichés par les différents Etats africains prouvent à suffisance que l’Afrique est prête à jouer un rôle déterminant dans la dynamique de maintien de la stabilité financière et économique mondiales.
Malheureusement, force est de constater que la recrudescence des actes violents ayant un lien avec le terrorisme constitue une menace aux efforts de développement durable du continent. Loin de poser la question comment a-t-on en arrivé là, certains États et organisations internationales ont choisi de se poser plutôt la question : comment en sortir ?

C’est bien évidement pour trouver une solution collective à ce questionnement que se tient, à Lomé, du 19 au 20 janvier 2023.

La Conférence de Lomé fait suite aux assises organisées en mars 2022 à Doha au Qatar par l’UNOCT pour faire face aux menaces émergentes en Afrique. Ainsi, au Togo, il est question de poursuivre la recherche et les moyens par lesquels les parlementaires pourraient effectivement renforcer leur engagement avec les jeunes dans la prévention de l’extrémisme violent.

La Présidente de l’Assemblée nationale du Togo, Yawa Djigbodi Tségan, en ouvrant les travaux de cette conférence, s’est réjouie de cette convergence d’actions multi-acteurs : système des Nations-Unies, organisation mondiale et organisation continental des parlements nationaux, réuni « pour

rechercher les voies et moyens permettant d’endiguer cette menace ».

« A travers ce cadre d’échanges, nous tenterons de mettre en place une synergie de réponse collective de lutter contre le terrorisme avec toute la vigueur et la rigueur qu'elle emprunte de notre détermination à bâtir une communauté de destin harmonieux », a affirmé Mme Tségan.

Elle a tenu donc à saluer la pertinence de l’initiative d’associer les parlements à la dynamique de recherche de solutions concertées.
« Dans le même ordre, la contribution de la société civile et des organisations de jeunes est tout aussi nécessaire qu’indispensable », a précisé la Présidente de l’Assemblée nationale.

Prennent part ces assises de Lomé, plus de 250 participants dont une dizaine de présidents d’assemblées parlementaires, des représentants des parlements nationaux des États d’Afrique, des organisations non gouvernementales de jeunes et des organisations de la société civile, des représentants des agences du Système des Nations Unies et des organisations internationales.

Le Président de la République togolaise, Faure Essozimna Gnassingbé a dirigé les travaux du deuxième Conseil des Ministres de l’année 2023 ce mercredi 18 janvier à Lomé.  Au cours des travaux, le Conseil a examiné un (01) avant-projet de loi, deux (02) projets de décret et écouté quatre (04) communications. En intégralité, le communiqué sanctionnant les travaux du Conseil des Ministres du mercredi 18 janvier 2023,…

 

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 18 JANVIER 2023

Le conseil des ministres s’est réuni ce mercredi 18 janvier 2023 sous la présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République.

Le conseil a examiné un (01) avant-projet de loi, deux (02) projets de décret et écouté quatre (04) communications.

I-Au titre de l’avant-projet de loi,

Le conseil a examiné et adopté l’avant-projet de loi sur la répression du faux-monnayage et des autres atteintes aux signes monétaires dans les Etats membres de l’UMOA.

Ce texte fixe les incriminations et les sanctions relatives au faux monnayage en prenant en compte les agissements tels que la contrefaçon et la falsification de billets. Il détermine également la responsabilité pénale des personnes physiques et des personnes morales, le régime des peines applicables et les pouvoirs de la BCEAO en matière de centralisation des signes monétaires saisis.

II-Au titre des projets de décret,

Le conseil a examiné en première lecture un projet de décret fixant la nomenclature, les modalités et les conditions d’implantation et d’exploitation des installations classées pour la protection de l’environnement.

L’étude de ce projet de décret qui s’inscrit dans la mise en œuvre de la réforme R6 de la feuille de route gouvernementale 2020-2025, relative à la réforme de la législation environnementale, sera poursuivie lors d’une prochaine réunion du conseil des ministres.

Le conseil a ensuite examiné et adopté un projet de décret déclarant d’utilité publique et autorisant les travaux d’équipement et de raccordement du forage de 40m3 par heure sis à Apédokoe au nouveau château d’eau de 1300m3 en construction à Sagbado.

Le forage d’Apédokoè, d’un débit de 960 m3 par jour, est pris en compte dans le dimensionnement du château d’eau de 1300 m3 de Sagbado pour permettre l’accès au service public d’eau potable des populations du Grand Lomé en général et, en particulier, celui des populations de ladite localité et ses environs.

Ce projet d’amélioration de l’alimentation en eau potable de Lomé qui s’inscrit dans la feuille de route gouvernementale permettra à 250.000 habitants de Sagbado et ses environs d’avoir accès à l’eau potable et d’améliorer les performances techniques et opérationnelles de la société togolaise des eaux (TdE) en matière d’exploitation du service public d’eau potable.

III-Au titre des communications,

Le conseil a écouté une première communication relative au registre social des personnes et des ménages ; présentée par le ministre de l’économie numérique et de la transformation digitale.

La mise en place du registre social des personnes et des ménages constitue l’un des projets prioritaires envisagés par notre pays pour renforcer l’inclusion et l’harmonie sociales et consolider la paix au Togo, conformément à la l’axe 1 de la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Suite à cette communication, le conseil a donné des orientations pour la mise en place de ce registre : un principe déclaratif et volontaire permettant ainsi aux personnes enregistrées de pouvoir, selon des critères sociaux à définir, bénéficier de programmes de protection sociale du gouvernement.

Le conseil a ensuite écouté une deuxième communication relative à la situation de l’inclusion financière en 2022 ; présentée par le ministre chargé de l’inclusion financière et de l’organisation du secteur informel.

Au cours des dernières années et grâce aux actions entreprises par le gouvernement, le taux d’inclusion financière est passé de 72,5% en 2016 à 81,5% en 2020, soit la deuxième meilleure performance dans l’UEMOA. Sur la même période, le taux de bancarisation élargi est passé de 70,8% à 80,04% faisant de notre pays, celui de la sous-région avec la plus forte croissance dans le domaine.

En outre, le taux global de pénétration géographique des services financiers du Togo est passé de 81 points en 2016 à 422 points en 2020.

Ces performances enregistrées ont été stimulées par les mesures incitatives prises pour protéger le pouvoir d’achat des populations et inciter le déploiement des institutions de microfinance en leur apportant un soutien spécifique. Ainsi à titre d’illustration, 1,8 milliard de franc CFA ont été débloqués au bénéfice de la région des savanes en 2022.

Le conseil a instruit pour la poursuite des mesures engagées afin de renforcer la résilience des populations togolaises.

Le conseil a écouté une troisième communication relative à la situation de mise en œuvre du programme national d’alimentation scolaire ; présentée par le ministre du développement à la base, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes.

La présente communication vise à faire l’état des lieux des cantines scolaires et partager les perspectives envisagées, au titre de l’année scolaire 2022-2023. En effet, le programme a donné accès à une alimentation suffisante et équilibrée aux élèves des zones les plus vulnérables de notre pays et a participé à la création des conditions visant à renforcer l’inclusion sociale et à garantir l’accès au minimum vital, indispensable à la cohésion et la paix durable.

Au titre de l’année scolaire 2021-2022, au total 132.153 élèves ont bénéficié du programme dans 906 écoles sur toute l’étendue du territoire pour un montant de 1,78 milliard FCFA avec des contributions du secteur privé, ONG, communautaires et institutions internationales.

Pour le compte de l’année scolaire 2022-2023, les cantines scolaires seront mises en œuvre dans 1.181 écoles avec une prévision de 213 784 élèves bénéficiaires, en vue d’atteindre la cible visée par le Gouvernement à l’horizon 2025 qui est 300 000 élèves.

Compte tenu du contexte actuel, la situation des familles déplacées, victimes des attaques terroristes dans la région des savanes, sera particulièrement considérée et prise en compte. Ainsi plus d’une trentaine d’écoles situées dans la préfecture du Kpendjal seront intégrés au programme.

Le conseil a salué le bon déroulement du programme et a donné des orientations pour un transfert progressif de la mise en œuvre aux collectivités territoriales.

Le conseil a écouté une dernière communication sur la situation économique et financière au troisième trimestre 2022 ; présentée par le ministre de l’économie et des finances.

Cette communication présente une synthèse de l’évolution de la conjoncture économique sur le plan international, au sein de l’UEMOA et sur le plan national au terme du troisième trimestre 2022.

Sur le plan international, le rythme de progression du PIB s’est amoindri dans l’ensemble des régions du monde tandis qu’au sein de l’UEMOA, l’activité économique est restée dynamique avec un taux croissance du PIM qui s’établit à 5,7% en glissement annuel.

La conjoncture nationale au troisième trimestre 2022 est essentiellement caractérisée par une hausse des activités dans les différents secteurs de l’économie, comparée à la même période de 2021. Ces évolutions rentrent en phase avec les estimations et prévisions du cadre macroéconomique d’octobre 2022 qui table sur une croissance du PIB réel de 5,8% en 2022 et 6,6% en 2023.

Fait à Lomé, le 18 janvier 2023

Le Conseil des Ministres

La lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent demeure une préoccupation majeure des gouvernements d'Afrique et autres. Le sujet va rassembler plusieurs personnalités de diverses couches socio-professionnelles, dans la capitale togolaise, durant de deux jours, afin de  trouver des solutions idoines et durable pour son éradication.

L’accès à l’eau potable est facilité sur l’étendue du territoire, que ce soit en milieu rural, semi-urbain ou urbain. C’est une ressource vitale pour les populations, facteur essentiel de développement durable derrière lequel le Togo court depuis plusieurs années. Au fil du temps, le taux de desserte en eau potable a évolué dans toutes les régions avec une nette évolution des conditions de vie des ménages.

La lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent outre les acteurs en charge de la sécurité, préoccupe d’autres couches socio-professionnelles. En témoigne la Conférence parlementaire sur la lutte contre le terrorisme qui se tient à Lomé, les 19 et 20 janvier 2023, et qui va regrouper plus de 250 participants venus de plusieurs pays africains et au-delà. Organisée conjointement par le Bureau des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNOCT) et l’Assemblée nationale du Togo en collaboration avec l’Union parlementaire africaine, le Comité interparlementaire du G5 Sahel, et le Conseil de la Choura de l’État du Qatar, cette Conférence de haut niveau va rassembler en dehors des parlementaires, les jeunes et Organisations de la société civile pour trouver une réponse collective au terrorisme et à l’extrémisme violent en Afrique.

Le Premier Conseil des Ministres de l’année 2023 se tient ce mercredi 11 janvier 2023, à Lomé. Présidée par le Chef de l’Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, la première réunion de l’année des membres du gouvernement va aborder d’importants sujets.

Page 1 sur 42